9782226239938-j

Attention, chef d'oeuvre. Attention, livre qui vous mettra fortement mal à l'aise, aussi. Stephen King dit, dans la postface du livre, que si les histoires ont sans doute parfois pu sembler difficiles à lire pour le lecteur, elles ont été, aussi, parfois, difficiles à écrire, le concernant ! Au dos de l'édition grand format (2012, Albin Michel ; le livre, aux USA, date de 2010, il sortira donc un peu tardivement chez nous), il est dit que ce recueil, car ç'en est un, est dans la lignée de Différentes Saisons (1982), recueil de quatre longues nouvelles (ou novellas) sans élément fantastique...sauf une. Et c'est un rapprochement vraiment justifié. Ce recueil de nouvelles est en effet lui aussi constitué de quatre novellas, ou plutôt de trois novellas et une nouvelle bien plus courte, et sans élément fantastique...sauf une. Ce recueil s'appelle Nuit Noire, Etoiles Mortes. En anglais, Full Dark, No Stars (le titre français est une traduction approximative, la vraie serait plutôt 'Obscurité Totale, Sans Etoiles'). Dans les deux cas, le titre dit tout, car ce recueil est extrêmement sombre, parfois dérangeant, voire très dérangeant, et sans aucun espoir (sauf, éventuellement, dans la troisième nouvelle, la plus courte, qui ne fait que 50 pages). Le recueil, en grand format, fait 485 pages. Il s'agit probablement du recueil le plus parfait de King, car ses quatre nouvelles sont, toutes, parfaites. Même les meilleurs recueils de nouvelles de l'auteur (Différentes Saisons, Danse Macabre, Brume, Rêves Et Cauchemars, Tout Est Fatal, quasiment tous en fait, et je rajoute la BD Creepshow) offrent au moins une nouvelle inférieure au reste (ce qui ne m'empêche pas de donner la note maximale à Danse Macabre ou Différentes Saisons, cependant). Ici, non, tout, absolument tout, est quintessentiel. Ce qui signifie, évidemment, un bon gros 10/10 dégoulinant de sucre et de miel.

La première nouvelle, la plus longue (180 pages environ...disons 175), s'appelle 1922, et est probablement la plus réussie ici, sans rien retirer du tout aux trois autres ; en tout cas, c'est ma préférée, et comme son titre le dit, l'action se situe (ou plutôt, démarre) en 1922. L'action se passe, aussi, dans le Nebraska, dans la petite ville, sans aucun doute fictive, de Hemingford Home, la même ville qui, dans Le Fléau, sera la ville natale et de résidence de Mère Abigaïl, et, dans le roman Ca, la ville de résidence de Ben Hanscom à l'âge adulte (on voit bien, encore une fois, que King aime, par de petits détails, faire des allusions sans conséquences, pour les fans éclairés, à d'autres de ses œuvres). Wilfried James est un fermier, marié à Arlette, et ils ont un fils, Henry, 14 ans. Entre Wilf et Arlette (qui est propriétaire de leurs quelques arpents de terrain et de la ferme), rien ne va plus, elle a l'intention de céder la ferme et le terrain à une société agricole afin qu'ils en fassent un abattoir à porcs. Wilf refuse. Se rendant compte qu'il ne pourra empêcher Arlette de faire ce qu'elle veut faire, il décide de la tuer, et parvient à convaincre Henry que c'est la seule solution. Le corps est jeté dans le puits abandonné. Peu après, Wilf commencera à ne pas se sentir très bien, sa conscience le travaillerait-elle ? Dans Grand Chauffeur (qui fait environ 140 pages), on a une écrivain, Tess, dans la quarantaine, qui, après une petite conférence littéraire dans un coin bouseux du Connecticut, rentre par un raccourci. Sa voiture tombe en panne, elle est accostée par un chauffeur routier, un colosse...qui la frappe, l'embarque dans un coin reculé, la viole, l'étrangle, et la laisse pour morte dans une canalisation. Elle s'en sort, avec la vengeance au bout des lèvres...

full-dark-no-stars-2

Dans Extension Claire (une cinquantaine de pages), qui se passe dans cette fameuse ville fictive de Derry, dans le Maine (Ca, Insomnie, Dreamcatcher), Dave Streeter, un homme dans la cinquantaine, atteint d'un cancer fulgurant en phase terminale, aperçoit une boutique étrange, tenue par un certain monsieur George Dabiel, et vendant des 'extensions'. Ce Dabiel n'est autre que le Diable (son nom, d'ailleurs, est une anagramme), et il lui propose 15 ans de vie supplémentaire, avec guérison définitive de son cancer, contre deux choses : 15%, pendant 15 ans, de son salaire annuel, et le nom d'une personne qu'il déteste, et qui, à sa place, prendra tout sur la gueule (tous les malheurs qui seront épargnés à Streeter, qui aura donc une vie heureuse, iront à cette personne). Streeter nomme son meilleur ami, enfin, 'meilleur ami'...disons, plutôt une personne ayant réussi dans la vie grâce à Streeter, qui, lui, a eu une vie classique, mais pas aussi clinquante. Et le marché conclu, Streeter se rend compte que ce qui était prévu arrivera bel et bien... Enfin, dans Bon Ménage (110 pages environ, un chouia moins), une femme mariée depuis près de trente ans à un comptable numismate (collectionneur de pièces de monnaie) découvre ses penchants cachés, en fouillant dans le garage : des revues de cul SM douteuses, des pièces d'identité de femmes et des coupures de presse parlant d'elles comme de victimes d'un serial-killer monstrueux se faisant, depuis les années 70, appeler Beadie. Bien que refusant d'y croire au début, elle se rend compte que son mari est bel et bien ce tueur en série violeur n'ayant jamais été arrêté. De plus, lui-même le lui avouera plus tard dans la soirée...

nuit-noire-etoiles-mortes-stephen-king-poche

Comme on le voit, des histoires très sombres, le titre du recueil ne ment pas quand il parle de nuit noire, qui plus est, sans étoiles. Aucun répit dans ces nouvelles, même si la troisième (la seule à avoir des éléments surnaturels : le héros passe un pacte avec le Diable) permet au personnage principal d'avoir du bonheur autour de lui et de sa famille (mais au détriment de son ami d'enfance, qui enchaîne merde sur merde : sa femme meurt, sa société coule, ses enfants sont victimes d'accidents, ou ont des soucis judiciaires, etc). Pour les autres, entre une histoire de rape and revenge, une sur une femme découvrant qu'elle a épousé un tueur pervers, et cette histoire de meurtre de sang-froid pour éviter de perdre sa ferme, rien n'est épargné aux personnages, et aux lecteurs. Noir absolu et extra, Nuit Noire, Etoiles Mortes est un régal si vous aimez ce genre d'histoires. Si vous êtes plus fleur bleue, en revanche, vous risquez de passer un sale moment. Mais si vous êtes fleur bleue, n'importe quel livre de Stephen King vous fera le même effet, en même temps ! Et à noter qu'en mars (vers le 12, donc dans une dizaine de jours), la version poche sortira, chez Le Livre De Poche (illustration ci-dessus), avec une nouvelle supplémentaire, totalement inédite en France (et qui fut proposée dans certaines éditions anglophones du recueil) !

1922 (1922) : 10/10

Grand Chauffeur (Big Driver) : 10/10

Extension Claire (Fair Extension) : 10/10

Bon Ménage (A Good Marriage) : 10/10

Note : 10/10